Comment prendre de la distance face à la médiatisation?

Cette période de confinement permet, à ceux qui le peuvent, de prendre du recul et de se mettre en observateur de la situation que nous vivons. Personnellement, je suis frappée et souvent agacée de voir tout un chacun donner son avis sur ce qui aurait être dû fait, les décisions qu’il fallait prendre, les fameux « y’a qu’à, faut qu’on » de ceux qui parlent mais ne sont jamais ceux qui doivent décider. Il y a ceux qui menacent des comptes qu’il faudra régler après, ceux qui portent plainte contre l’état…. alors évidemment il y a beaucoup de politique dans tout cela mais il y a aussi beaucoup de croyances et convictions dont les fondations sont fragiles, alimentées par les média.

Nous sommes en démocratie et la liberté qu’elle permet est certainement notre bien le plus précieux. Liberté de penser, de dire, d’agir, d’aller et venir…

Les media usent de cette liberté mais peut-être parfois en abusent-ils aussi? Depuis plus d’un mois, comme le rappelait le philosophe André Compte-Sponville dans une interview sur Europe le 19 avril, les TV, radio, presse et autres nous servent du coronavirus en boucle H 24. Chaque jour on décompte le nombre de morts, près de 20 000 à date. C’est évidemment terrible mais il faut mettre cela en perspective des 157 000 décès provoqués par le cancer en 2018 en France. Cette « covid communication » dont nous sommes abreuvés en permanence crée un sentiment de panique et focalise toute notre attention. Il suffit de se souvenir du comportement irrationnel que nous Français avons collectivement eu juste avant le confinement pour dévaliser les rayons des magasins et stocker des kilos de pâtes.
Chaque jour a son lot d’informations et contre-informations, fake news ou pas on ne sait plus trop… Nous découvrons l’incertitude de la situation que nous vivons et nous sommes mal à l’aise avec cette incertitude, elle nous dérange. Nous devenons binaires, c’est blanc ou noir mais pas gris. Que fait le gouvernement? ils nous disent tout puis son contraire? Que décident les politiques, les élections municipales puis des couvres-feu dans certaines villes 8 jours plus tard?

Où est passé notre esprit critique? le vrai, celui qui nous permet de prendre de la distance par rapport à des faits, de quitter le terrain mouvant de l’émotion pour y poser un regard objectif et froid .

J’aimerais partager avec vous la lecture des décisions que nous tous pouvons être amenés à prendre ou jugements que nous pouvons énoncés au regard des biais cognitifs qui peuvent inconsciemment nous influencer.

Je vous invite à prendre une heure, au calme pour écouter cette conférence proposée par Nicolas Lemoine de HEC Paris et animée par le Professeur Olivier Sibony. Elle vous donnera de clés pour décrypter l’information et retrouver votre esprit critique, le vrai!

Dans son exposé, Olivier Sibony met en évidence plusieurs biais:
la probabilité qui rationalise le fait que par peur nous puissions sur-réagir à un risque et donc sur-évaluer ses conséquences alors que ses probabilités réelles d’arriver sont faibles. Ce biais nous invite à ne pas nous affoler pour rien.
le modèle mental qui nous pousse à comparer ce que nous vivons à ce que nous avons déjà vécu, ce qui a influé sur les comportements adoptés par des pays asiatiques qui avait connu le SARS en 2003 et nous en France la grippe A en 2009. Nous avons pensé que ce n’était qu’une grippe (avis porté par le corps médical lui-même encore début mars).
la croissance exponentielle en laquelle on ne veut pas croire car cela nous semble trop énorme.
le biais d’endo-groupe qui nous fait penser que nous sommes différents des autres et que ce qui peut leur arriver ne nous arrivera pas.
l’excès de confiance ou sur-précision qui nous amène à mal estimer l’avenir.
l’imitation qui fait que notre comportement est influencé par celui des autres.

Cette analyse permet de porter un autre regard sur nos comportements, les prises de parole et position des experts, les décisions depuis le début de cette crise.
Pour ma part, elle m’amène à considérer avec distance et humilité de ce que je vois, je lis et j’entends. Cette grille de lecture permet aussi de prendre conscience du rôle de chacun des acteurs : media, politiques, spécialistes; de leurs interactions et conséquences qu’elles peuvent provoquer…. et retrouver, je l’espère, plus d’esprit objectivement critique.

Lien vers la conférence du Professeur Olivier Sibony/HEC:
https://www.youtube.com/watch?v=H6IAOM3Ei2o

Le télétravail, une pratique durable?

S’il est des changements qui ont été radicaux depuis mi mars, c’est bien le télétravail qui s’est imposé aux entreprises et leurs collaborateurs en quelques heures!
Organisé très rapidement, il a fallu faire preuve de souplesse et être créatif. Il est vrai que toutes les sociétés n’y étaient pas forcément préparées, certaines avaient déjà généralisé les PC portables et connexion à distance pour d’autres il a fallu que chacun s’organise au mieux.

Selon une enquête menée par Toluna pour Harris intervactive début avril, les Français ne sont que 39% à penser que leur entreprise était préparée pour faire face à la situation. C’est le score le plus faible, les autres populations sondées se déclarant de 46% satisfaites en Espagne à 71% aux Etats-Unis.

Dans cette période particulière, nous sommes 50% à nous considérer motivés pour donner le meilleur de nous mêmes au travail contre 58% en moyenne sur les autres populations sondées (Espagne, Italie, Allemagne, Royaume-Uni, Australie, Etats-Unis) et 54% à nous sentir impliqués dans notre entreprise contre 62% en moyenne pour les autres pays.

Après la perte de repères des premiers jours sans ses collègues à côté de soi et son manager à distance, le temps de trouver sa place à la maison entre enfants et conjoint, les télétravailleurs se sont installés dans cette pratique et seraient selon un sondage Deskeo 62% à vouloir continuer au delà du confinement. Même si l’émulation collective manque pour 43% d’entre eux, ils sont 38% à apprécier le gain de temps dans les transports et 27% à pouvoir travailler au calme!

Ce qui est intéressant de constater, c’est que les freins qui pouvaient exister côté employeurs et salariés ont été bousculés par la situation d’urgence. Au final, ce qui semblait impossible l’est devenu même si il reste des points d’équipement à améliorer, des cas particuliers à gérer pour lesquels le télétravail reste plus compliqué.
Cela doit nous inviter à repenser nos habitudes pour la suite! Nous allons tous gagner du temps et être plus efficaces!

Documents de référence:
https://epoka.tilkee.io/v/ed6008150e

Télétravail : 62% des gens voudraient en faire plus après le confinement ! – L’ADN

Le monde d’après???

Je ne sais pas pour vous …. mais moi je m’interroge sur « le Monde d’Après ».
Je lis, j’écoute, j’échange et j’entends tous les avis. Les résignés se disent que de toute façon tout recommencera comme avant, les optimistes ou utopistes. (?) veulent croire à un autre Après.
Je souhaite aujourd’hui juste partager avec vous des réflexions pour cheminer et tenter dans ce brouillard de dessiner ce qui pourrait influer sur ce monde d’après.

Quand on regarde derrière nous, force est de constater que nous avons déjà collectivement vécu de grands traumatismes : les guerres, des pandémies, des crises économiques, le terrorisme qui ont créé des mouvements de solidarité forts. Les attentats terroristes qui ont frappé notre pays en 2015 nous ont rassemblé quelles soient notre couleur de peau, notre religion, nos convictions politiques, notre parcours personnel… nous avons tous comme un seul être été Charlie et avons salué les forces de l’ordre en première ligne pour nous protéger et nous défendre. Quelques années plus tard, la situation a bien changé….
Aujourd’hui, tous les jours à 20h nous applaudissons tous les soignants. Nous nous trouvons un sens commun. La lutte contre ce virus est devenu notre projet collectif dans une société qui n’en a plus.
C’est bien mais qu’est-ce que cela va changer pour demain?

Isabelle Stenger, philosophe, déclare dans une interview à RTBF le 21 mars  » Il va falloir prendre des responsabilités et se réapproprier le pouvoir de penser l’avenir. Mais on a souvent dit après la crise de 2008 que les choses ne seraient plus jamais comme avant et on a aussi vu que tout est redevenu la même chose« .
Nous ne savons ni quand ni comment nous allons sortir de ce confinement qui a arrêté nos vies. Mais nous savons déjà que le réveil sera très douloureux et que le retour à une vie « normale » sera long. Mais qu’est ce qu’une vie normale???

Voyons quels sont les faits:
Le chômage explose en France. La prolongation du confinement va mettre notre économie sous tension même si après ces premières semaines certaines entreprises se sont adaptées pour reprendre une activité partielle, d’autres restent complètement à l’arrêt.
C’est une énorme crise sociale qui se dessine et qui risque de laisser un grand nombre de personnes dans une situation critique.

– Cette crise sanitaire nous fait prendre conscience de la nécessité de notre souveraineté nationale et européenne dans des secteurs prioritaires comme la santé, l’alimentation, l’éducation et l’énergie.

Comme le rappelle Guillaume Durand dans Alternatives Economiques du 7 avril :

« Il y a, derrière la mondialisation, une logique économique de base qui n’est pas (seulement) celle du grand capital : concevoir des produits et les fabriquer pour 7 milliards d’êtres humains, cela permet de les vendre (nettement) moins cher que de le faire pour seulement 66 millions de Français. Et c’est d’autant plus vrai que la mise au point et la production de ces biens est intensive en investissements matériels (machines) et immatériels (R&D). Pour cette raison, il y aurait de fortes chances pour qu’un monde vraiment « démondialisé » soit aussi un monde où les gens seraient – presque tous – plus pauvres. C’est pourquoi il ne faut pas confondre relocalisation de l’économie – indispensable en effet dans de nombreux secteurs – et « démondialisation ». L’enjeu, c’est plutôt de réussir à relocaliser la production et discipliner les multinationales, sans forcément fermer les frontières ».

La démondialisation n’est certainement pas la panacée mais un retour sur des secteurs prioritaires à plus de proximité semble faire consensus mais pas n’importe comment. C’est l’opportunité de changer méthodes et process pour être plus économes en ressources et respectueux de notre environnement . Hubert Védrinne expose cette vision dans le blog de Pierre Ratcliffe :

« Il faudra aussi tout écologiser: agriculture, agro-industries, industries (y compris chimiques), transports, construction, énergie, modes de calculs macroéconomiques (type PIB). Cela conduira à rerégionaliser davantage les courants économiques. À rendre la production et l’économie circulaires (plus de recyclage, moins de déchets). Cela mènera à une mutation en dix ou quinze ans de l’agriculture et de l’agro-industrie. À une révolution dans les transports, et dans d’autres domaines. Tout cela a commencé, dans les pays les plus avancés, mais va devoir être accéléré et généralisé ».

Crise économique, crise sociale, crise écologique (climat, biodiversité), crise culturelle… tout cela est lié.
Quel sens commun allons-nous savoir créer? Quelles nouvelles solidarités peuvent émerger? Quelles nouvelles coopérations entre les états peuvent se mettre en place? Quel rôle voulons-nous jouer individuellement? Quel collectif sommes-nous capable d’accepter même si tout le monde ne bouge? Quelles opportunités allons nous savoir saisir? Sommes-nous prêts à penser différemment? A quoi sommes-nous prêts à renoncer?
Je n’ai pas les réponses à ces questions. Je me les pose comme vous certainement. Mais ce en quoi je crois, c’est que « Ce sont les petits ruisseaux qui font de grandes rivières ».

Articles de références :

https://www.rtbf.be/lapremiere/emissions/detail_dans-quel-monde-on-vit/accueil/article_cynthia-fleury-apres-la-crise-du-coronavirus-il-faudra-combattre-ceux-qui-vous-diront-qu-il-faudra-continuer-comme-avant?id=10467447&programId=8524

https://www.alternatives-economiques.fr/guillaume-duval/attention-aux-illusions-de-demondialisation/00092376

http://pierreratcliffe.blogspot.com/2020/03/hubert-vedrine-le-choc-du-coronavirus.html

Quels comportements d’achat d’aujourd’hui pourraient perdurer demain?

Le confinement nous contraint à faire évoluer nos comportements d’achat. Nous nous adaptons à la situation et découvrons voir redécouvrons de nouvelles façons d’acheter.

Parmi toutes les tendances, celle qui existait déjà avant et se confirme fortement: c est bien la digitalisation du commerce. Au delà des sites marchands déjà établis et connus de tous, ce qui est intéressant c’est de relever les initiatives locales en région qui proposent un service online de commerces locaux. Que ce soit sous l’égide des villes ou des commerces eux-mêmes, elles font basculer dans le monde digital des activités de proximité qui historiquement n’avaient pas forcément réussi à intégrer le digital comme un levier à part entière.

Par crainte de propagation du virus, le paiement sans contact se développe auprès de toutes les générations. Cette technologie face à laquelle certains étaient méfiants, car moins sécurisée, s’impose et fait tomber les derniers freins à son adoption. La question qui se pose déjà c’est de remonter la valeur éligible…

L’opportunité du digital permet aussi de proposer de nouveaux services et c’est certainement une adaptation majeure qui pourrait perdurer et qui offre des modes de consommation que nous n’osions pas ou que nous avions oubliés : téléconsultation avec son médecin traitant, livraison à domicile par des bénévoles (en peer to peer), point de livraison sur RV pour plusieurs clients comme les points de livraison de fruits et légumes, camion de livraison du boulanger ou boucher qui vient au plus près de ses clients comme autrefois… au delà du drive qui a connu un franc succès.

La crise actuelle incite à un retour au local. Faire appel au maraîcher proche de chez soi qui peut livrer à domicile semble par les temps présents être une préoccupation comme une prise de conscience… C’est ce qui peut aussi être attendu de mes commerces habituels en termes d’approvisionnement notamment sur l’alimentaire.
Cette recherche de proximité se traduit également dans la création de lien avec les autres : se retrouver tous les jours à 20h pour saluer l’engagement des soignants, se connecter à ses proches via des visio apéro, téléphoner tout simplement à ses amis et à sa famille et venir en aide à mes voisins ou des aînés isolés.

Digitalisation, paiement sans contact, services, retour au local, création de lien pour une autre relation…. sont des comportements d’achat qui se sont imposés depuis le début de cette crise et qui vont certainement nous accompagner durablement….

Articles de références à découvrir


https://www.ifop.com/publication/les-5-piliers-de-marques-a-repenser-de-toute-urgence-pour-aujourdhui-et-apres/

Ce printemps 2020 comme une renaissance?

Cette année le printemps reprend ses droits. Confinement oblige, nos déplacements sont limités. Soudain le ciel s’éclaircit, l’air semble plus pur, les bruits s’estompent, nous sommes surpris d’entendre les oiseaux! La planète respire mieux, la nature reprend sa place.

Est-ce un effet bénéfique de cette crise sanitaire? Certainement à court terme, elle offre un répit au climat et à la nature.
Toutefois, il est intéressant de comprendre que cette pandémie trouve son origine dans notre gestion de la biodiversité et du climat qui sont très étroitement liés.

Un article de Philippe Grandcolas et Jean-Lou Justine du Museum d’Histoire Naturelle paru dans Sciences & Vie le 28 mars rappellent que 100 milliards d’hectares de forêt tropicale ont été détruits entre 1980 et 2000, mettant des populations en contact avec des animaux sauvages qui vivaient cantonnés dans ces espaces préservés, et avec eux de nouveaux agents pathogènes. Le commerce de ces animaux exotiques qui s’est développé a fait voyager des agents à travers le monde.
Les auteurs précisent que  » plus des deux tiers des maladies émergentes sont des zoonoses, c’est-à-dire des maladies dont le réservoir de l’agent infectieux est un animal ; parmi ces zoonoses, la majorité provient d’animaux sauvages ».

C’est la raison pour laquelle l’OMS a lancé la démarche « One Health ».
Cette approche « Un Monde, Une Santé » a pour objectif d’organiser les ressources politiques, législatives et de recherche autour de trois piliers: la sécurité sanitaire des aliments, la lutte contre les zoonoses et de la lutte contre la résistance aux antibiotiques. La finalité est évidemment de remettre la biodiversité au coeur de cet écosystème afin qu’elle soit prise en compte de façon cohérente et raisonnée.

Ce qui se passe à travers le monde actuellement, et notamment dans les pays du Nord, doit nous amener enfin à repenser ce qui se passe dans les pays du Sud. Cela pose pour ces pays la question de pérennité et santé de leur économie, basée sur quels actifs? Où commence le bien d’un état et le bien commun de l’humanité? Quel juste prix chacun doit payer pour préserver un bien commun pour l’humanité?

.Ces questions sont importantes car pour une fois face à la « guerre » que nous menons l’Humain a été mis au premier plan. Comme le précise Boris Cyrulnik dans La Provence Santé du 30 mars  » Maintenant, on considère que la personne est une valeur prioritaire. Les femmes et les hommes ne veulent plus se soumettre aux guerres. Mais cette nouvelle culture qui valorise l’individu est aussi à la source de la catastrophe. C’est au nom de la performance qu’on a développé des formes d’élevage intensif qui favorisent la naissance de virus. La course technologique, aux transports, le commerce international, la globalisation ont, ensuite, permis l’extension du virus sur toute la planète« .

On voit apparaître une nouvelle hiérarchie des valeurs morales qui va challenger notre modèle établi. Nous sommes nombreux à nous demander comment sera notre monde APRES. Il y a ceux qui pensent que rien ne changera et que la vie reprendra comme avant car les politiques, le « système » ne sauront pas ou ne voudront pas le faire changer. Parce que spontanément, nous nous tournerons vers les recettes connues, celles qui nous sont familières et qui sont nos repères sans savoir si elles sont adaptées à cette nouvelle situation.

Et puis, il y a ceux qui se disent que des choses doivent changer, qu’on ne peut pas fermer les yeux sur cette réalité, que chacun est acteur et doit contribuer car la société c’est nous tous. C’est ce que pense Boris Cyrulnik «  À chaque épidémie, ou catastrophe naturelle, il y a eu changement culturel. Après le trauma, on est obligé de découvrir de nouvelles règles, de nouvelles manières de vivre ensemble « .
Quelle sera la place du local? Quel prix accepterons-nous de payer pour cela? Comment prioriserons-nous nos besoins à satisfaire? Comment cela impactera-t-il notre modèle économique? Quelle valeur serons-nous en mesure de créer différemment?….. Pour réflexion….

Articles de référence à découvrir:
https://www.science-et-vie.com/paroles-d-experts/covid-19-ou-la-pandemie-dune-biodiversite-maltraitee-55073
https://www.who.int/features/qa/one-health/fr/
https://www.laprovence.com/article/edition-marseille/5947700/boris-cyrulnik-il-y-aura-des-transformations-profondes.html

Vivre confiné! Qu’est ce que cela change?

Ce confinement a chamboulé notre quotidien depuis plus de deux semaines maintenant. Que l’on soit en ville, à la campagne, seul, en famille, en télétravail ou en inactivité temporaire, il faut se récréer de nouveaux repères et rythmer ses journées.

Harris Interactive a mené pour les Zooms de l’Observatoire Cetelem une enquête en ligne du 20 au 24 mars 2020 sur 1536 Français de de 18 ans et plus, représentatifs de la population.

Plus de 80% des Français sont inquiets pour l’économie, la santé de leurs proches, l’avenir du monde et de la France. Conscients de la nécessité d’appliquer la distanciation sociale pour endiguer la pandémie, ils sont 58% à aborder la situation de façon sereine.

La principale préoccupation reste le manque d’interactions sociales pour 53% au global et de 57% pour les moins de 35 ans qui ont également peur de s’ennuyer (57%). Les plus jeunes sont plus inquiets que leurs aînés et globalement 56% des sondés déclarent n’avoir pas ou peu organisé ce nouveau quotidien. Ils sont 86% à vivre au jour le jour.

Après avoir occupé ce temps à faire du rangement (84%), ce qui ne dure qu’un temps…. la principale activité tourne autour du lien social : passer plus de temps avec ses proches à distance et avec lesquels ils sont confinés. C’est certainement le paradoxe de cette période qui impose la distanciation mais met la relation à l’autre au premier plan de nos besoins.

Pour les moins de 35 ans, la période est propice à l’acquisition de nouvelles compétences personnelles ou professionnelles accessibles en ligne.
Au final, ils sont 43% à penser que ce confinement crée les conditions d’une rupture forte qui changera leur mode de vie futur.

Sans être devin, il apparaît que cette crise redonne à l’Humain une place de premier choix dans notre société. Passer du temps ensemble, se recentrer sur son cercle familial et ses amis, s’investir pour venir en aide à ses voisins et aux plus fragiles, cette crise met en évidence le nécessaire retour vers plus de solidarité. Les initiatives spontanés sont nombreuses partout en France et rendent les franc-tireurs individualistes encore plus scandaleusement intolérables (tous ceux qui demandent aux soignants de déménager pour ne pas contaminer leur immeuble ou ceux qui volent des masques et les revendent au marché noir!).

Comment faire perdurer cette solidarité et cette attention portée à l’autre au delà de cette crise???

Ci-dessous lien vers l’étude Louis Harris pour le Cetelem.
https://observatoirecetelem.com/les-zooms/enquete-1-3-le-passage-au-confinement/

Se connecter, reconnecter, créer et recréer un lien social

Dans cette période de confinement qui nous isole et installe cette distanciation sociale, nous cherchons à créer voir recréer du lien. Nous passons beaucoup de temps sur nos écrans mais il est intéressant de voir que nous nous reconnectons à l’autre par la voix.

88% des sondés par YouGov dans son étude spéciale COVID-19#-6 maintiennent le lien par le téléphone.
Dans une société numérique, c’est plutôt rassurant de savoir que la voix qui exprime une personnalité, des émotions, des sentiments et laisse une trace dans notre mémoire prime sur les simples mots.

La voix, les visioconférences ou apéro visio sont autant de moyens de ré-humaniser nos relations dans un moment où l’Humain se sent vulnérable.

Etude YouGov à découvrir ci-dessous

https://fr.yougov.com/news/2020/03/30/maintien-du-lien-social-chez-les-francais/

Bienvenue sur le blog DEMAIN Act&Change pour s’inspirer, partager, réfléchir au « nouveau » monde !

Bonjour à toutes et à tous,

Après plus de deux semaines de confinement, j’ai décidé de créer ce blog pour y rassembler et partager toutes mes observations et réflexions sur notre monde.

En quelques semaines, notre Monde, déjà mis à mal et donnant des signes d’essoufflement, est entrain de basculer. Après la Chine, maintenant l’Europe puis les Etats-Unis sont frappés par la pandémie du Covid-19: confinement pour des millions, voir milliards de personnes, urgence sanitaire, crise économique et sociale… c’est tout un modèle qui est mis à mal. Seule la mère nature reprend ses droits. Nous redécouvrons le silence, le bruit des oiseaux. Nous ralentissons notre rythme. Nous nous inquiétons de nos proches. Nous nous retrouvons à la maison avec nos enfants, époux.

Quand et comment allons nous sortir de cette crise?? La vie va-t-elle reprendre comme AVANT ? Nos comportements, nos attentes vont-ils changer ? Quelles traces cette crise aura-t-elle laissé ou pas chez chacun d’entre nous ?
Ce blog est là pour nourrir ces réflexions et permettre à chacun d’entre nous de trouver SON chemin.

Pour commencer, je vous invite à lire cet article : « Quelle société après le coronavirus ? » paru le 26 mars sur COMK.

6 tendances à retenir :

Bonne Lecture !