La crise sanitaire n’a pas modifié la vision du monde, les aspirations et les idéaux des Français

L’Obsoco et l’ADEME ont conduit du 6 au 13 mai 2020, une enquête sur 1888 personnes de 18 à 70 ans. Cette étude a mesuré l’évolution du degré d’adhésion des Français à trois modèles de société idéale : l’utopie écologique, l’utopie sécuritaire et l’utopie techno-libérale. Elle observe les évolutions par rapport à l’Observatoire des perspectives utopiques élaboré en 2019 en collaboration avec l’ADEME, BPI-France et la Chaire ESCP-E.Leclerc – BearingPoint.

L’Obsoco a proposé aux sondés de réagir à trois modèles de sociétés. Ils ont été inspirés des valeurs portées par des leaders d’opinion et mouvements sociaux.

1/ L’utopie écologique prend en compte les enjeux environnementaux et une consommation plus responsable et sobre. Consommer moins mais mieux.

2/ L’utopie sécuritaire rejette la mondialisation et ses effets. Elle prône le replis sur soi et la nostalgie d’une identité nationale rempart absolu.

3/ L’utopie techno-libérale fait confiance aux progrès technologiques pour trouver des solutions aux enjeux de notre monde. Ils sont la clé d’une croissance inexorable au service de l’individu pouvant mener au transhumanisme.

On observe très peu d’évolutions entre 2019 et 2020. Ce qui était valable avant, l’est toujours après.

L’utopie écologique se détache :

Elle reste majoritaire avec 54.6%. Elle est suivie par l’utopie sécuritaire à 31.1% (contre 29.5% dans la précédente vague). L’utopie techno-libérale passe de 15.9% à 14.4%. Les supporters de l’utopie écologique gagnent 3pts à 58%. Elle est préférée de 72 % des 18-24 ans contre 61% en 2019, mais de seulement 40 % des 65-70 ans contre 51% en 2019. Les détracteurs passent de 5% à 4%.

Pour ce qui concerne l’utopie sécuritaire, les supporters passent de 30% à 32%. Les détracteurs restent stables à 9%. Il est intéressant de constater sur les tranches d’âge une tendance inverse aux résultats observés sur l’utopie écologique. La préférence pour l’utopie sécuritaire progresse avec l’âge, passant de 22 % chez les 18-24 ans à 44 % chez les 65-70 ans.

L’utopie écologique est plus marquée par les CSP+. A l’inverse les utopies sécuritaires et techno-libérales sont plus présentes sur les classes intermédiaires et CSP-.

On observe à la fois un clivage générationnel et social.

Les aspirations politiques influencent les préférences :

Les répondants se situant « au centre » sont 68% à être partisans de l’utopie écologique contre 56 %  dans la précédente vague. La tendance est dans une moindre mesure similaire pour les sympathisants « à droite » qui passent de 40 % à 44 %.
Il est intéressant de souligner que la part des partisans de l’utopie écologique parmi les répondants se déclarant « gilets jaunes » ayant participé à la mobilisation progresse de 10 points, de 50 % à 60 %, au détriment de l’utopie techno-libérale.

Porosité entre entre les supporters de l’utopie écologique et de l’utopie sécuritaire :

75% de ces derniers se sont en 2020 déclarés en faveur de l’utopie écologique. En retour 76% des partisans écologiques se sont tournés vers l’utopie sécuritaire.
De son côté, les supporters de l’utopie techno-libérale en 2019 qui ont cessé d’apparaître comme des supporters en 2020, privilégient pour 57% l’utopie écologique, contre 43 % qui ont rejoint les rangs de l’utopie sécuritaire.

Pourquoi préférer une utopie ?

L’utopie écologique est toujours préférée pour son impact sur les modes de vie et de consommation. Les deux autres items qui expliquent cette préférence sont la relocalisation de l’économie et la transition écologique financée par la taxation du carbone.

L’utopie sécuritaire se distingue par un étatisme plus fort pour garantir la souveraineté et des actions sociales notamment en matière de logement.

Réussir sa vie ?

La conception d’une vie réussie pour les Français évolue peu entre 2019 et 2020 .

L’épanouissement personnel et la réalisation de soi sont toujours en première position à 37% mais perdent 3pts vs 2019 (40%). Puis viennent le confort matériel et l’aisance financière à 25% contre 27% en 2019. Enfin réussir à multiplier les sources de plaisir, limiter les peines et les souffrances se classent en troisième position à 22% contre 21% dans la précédente vague.
Le seul item qui évolue significativement est « Une vie en harmonie avec la nature » en 6eme position, de 15% à 20%? C’est certainement un impact direct du confinement.

Plus de temps disponible, pourquoi faire ?

Si les Français avaient plus de temps disponible, ils aimeraient à 51% le passer avec leur proches? C’est 57% pour les femmes et 45% pour les hommes. Un tiers aimerait faire plus de choses par soi-même (bricoler, jardiner, cuisiner, coudre…), sans grand changement par rapport à 2019.

Le cadre de vie idéal, ce serait quoi ?

Interrogés sur le cadre de vie idéal, les réponses ont évolué vs 2019 .
Pour 42% ce qui compte c’est la proximité avec la famille (+5pts). La progression est de 10 pts chez les partisans de l’utopie sécuritaire, de 8 pts chez les femmes, 9 pts sur les 18-24 ans et + 15 pts sur les 65-70 ans.
38% recherchent le contact avec la nature (+1pt) et 28% un environnement moins pollué (stable).

Une fois de plus, cette enquête démontre à la fois que les tendances présentes avant cette crise se confirment et s’ancrent dans la société. Elle révèle aussi les clivages qui y sont liés : générationnels, sociaux, politiques… autant de visions différentes du monde.

Source:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *